Coop UQAM | Coopsco

Créer mon profil | Mot de passe oublié?

Magasiner par secteur

Matériel obligatoire et recommandé

Voir les groupes
Devenir membre

Nos partenaires

UQAM
ESG UQAM
Réseau ESG UQAM
Bureau des diplômés
Centre sportif
Citadins
Service de la formation universitaire en région
Université à distance
Regroupement des artistes en arts visuels  du Québec.
Société de développement des entreprises culturelles - SODEC
L'institut du tourisme et de l'hotellerie - ITHQ
Association des psychologues du Québec
L'École nationale d'administration publique - ENAP
Union des écrivaines et écrivains québécois - UNEQ
Union des artistes du Québec - UDA
Project Management Institute - PMI
Presses de l'Université du Québec
Auteurs UQAM : Campagne permanente de promotion des auteures et auteurs UQAM
Fondation de l'UQAM
Écoles d'été en langues de l'UQAM
Canal savoir
L'économie sociale, j'achète
Millénium Micro



Recherche avancée...

Je prends feu trop souvent


Éditeur : Les 400 coups
ISBN papier: 9782925001133
ISBN numérique PDF: 9782925001140
Parution : 2022
Catégorisation : Livres numériques / Littérature générale / Littérature / Bande dessinée

Formats disponibles

Format Qté. disp. Prix* Commander
Livre papier 4 Prix membre : 32,36 $
Prix non-membre : 35,95 $
x
Numérique PDF
Protection filigrane***
Illimité Prix : 26,99 $
x

*Les prix sont en dollars canadien. Taxes et frais de livraison en sus.
***Ce produit est protégé en vertu des droits d'auteurs.




Description

La trajectoire bouleversante d’une jeune femme aux prises avec un feu qui la consume trop souvent Ce premier roman graphique de la jeune autrice et illustratrice Charlotte Gosselin parle de santé mentale du point de vue de la personne malade. Cette histoire permet d’accéder à une vision très personnelle, singulière et sans tabou du suicide, de l’automutilation, de l’anorexie et de la psychiatrie. Ce livre exprime l’hypersensibilité qui accompagne la maladie au quotidien, sans toutefois entrer dans les détails ni les termes médicaux. À l’aide d’images et de poésie, on suit la trajectoire d’une jeune femme aux prises avec un feu qui la consume trop souvent. C’est un regard touchant et différent sur les gens et la maladie. Au fil des pages se dévoile une forme de beauté derrière le drame, à travers les amitiés (notamment entre les patients) et la relation que le personnage entretient avec elle-même. La psychiatrie est un monde méconnu dans lequel les patients partagent une solitude et un mal-être qui, lorsque raconté de manière sensible, peut être ressenti de tous. Un livre intime et important, magnifiquement illustré par l’autrice.