Coop UQAM | Coopsco

Créer mon profil | Mot de passe oublié?

Magasiner par secteur

Matériel obligatoire et recommandé

Voir les groupes
Devenir membre

Nos partenaires

UQAM
ESG UQAM
Réseau ESG UQAM
Bureau des diplômés
Centre sportif
Citadins
Service de la formation universitaire en région
Université à distance
Regroupement des artistes en arts visuels  du Québec.
Société de développement des entreprises culturelles - SODEC
L'institut du tourisme et de l'hotellerie - ITHQ
Association des psychologues du Québec
L'École nationale d'administration publique - ENAP
Union des écrivaines et écrivains québécois - UNEQ
Union des artistes du Québec - UDA
Project Management Institute - PMI
Presses de l'Université du Québec
Auteurs UQAM : Campagne permanente de promotion des auteures et auteurs UQAM
Fondation de l'UQAM
Écoles d'été en langues de l'UQAM
Canal savoir
L'économie sociale, j'achète
Millénium Micro



Recherche avancée...

Vilaines femmes


Éditeur : Éditions Hashtag
ISBN papier: 9782924936191
ISBN numérique ePub: 9782924936214
Parution : 2021
Catégorisation : Livres numériques / Sciences humaines / Sciences sociales / Études de genres

Formats disponibles

Format Qté. disp. Prix* Commander
Livre papier 2 Prix membre : 21,56 $
Prix non-membre : 23,95 $
x
Numérique ePub
Protection filigrane***
Illimité Prix : 13,99 $
x

*Les prix sont en dollars canadien. Taxes et frais de livraison en sus.
***Ce produit est protégé en vertu des droits d'auteurs.




Description

Traduction de Nasty Women. Le projet original de Vilaines femmes est né en Écosse au lendemain de l’élection de Donald Trump en 2016, dans la foulée des mouvements de protestation qui se sont cristallisés autour du mot-clic #nastywoman. Décrit par Margaret Atwood comme «?une fenêtre essentielle sur le monde dangereux où vivent présentement les jeunes femmes?», ce recueil réunit des récits de vie, des témoignages et des essais qui apportent une contribution essentielle au féminisme intersectionnel. On y découvre les expériences de femmes écossaises blanches, noires, migrantes, sorcières, queer, artistes, musiciennes, luttant pour faire accepter leur identité, leur poids, leur handicap physique ou leur héritage familial. Pour ces femmes que Trump qualifierait facilement de vilaines ou de nasty, raconter ces histoires a été une manière de dire?: «?Enough is enough?». En acceptant de partager leurs expériences, les autrices ont levé la voix contre la banalisation de la haine, la montée de la droite conservatrice, la persistance des vieilles normes, du canon patriarcal, des clichés. Titre ironique faisant référence à  une expression employe par Donald Trump lors de la campagne américaine de 2016, Vilaines femmes retrace, à  travers des chroniques et récits riches en anecdotes et observations sociales, le parcours de femmes atypiques : les douze autrices bien sur, mais aussi toutes celles dont elles racontent l'histoire ou relatent les interactions, dans un monde où la pression sociale emêche parfois de prendre le contrôle de sa propre identité. Porté par une forme d'humour (on y parle de punk attitude) ainsi que par une conscience politique mais aussi technophile (par exemple via le féminisme noir en ligne), ce recueil, où sont également abordé les thèmes de l'immigration, de la diversité, de la contraception ou encore de la grossophobie, fait converger différentes visions vers l'histoire d'un succès commun : celui de parvenir à  trouver la force d'être soi, au-delè  du genre établi.