Coop UQAM | Coopsco

Créer mon profil | Mot de passe oublié?

Magasiner par secteur

Matériel obligatoire et recommandé

Voir les groupes
Devenir membre

Nos partenaires

UQAM
ESG UQAM
Réseau ESG UQAM
Bureau des diplômés
Centre sportif
Citadins
Service de la formation universitaire en région
Université à distance
Regroupement des artistes en arts visuels  du Québec.
Société de développement des entreprises culturelles - SODEC
L'institut du tourisme et de l'hotellerie - ITHQ
Association des psychologues du Québec
L'École nationale d'administration publique - ENAP
Union des écrivaines et écrivains québécois - UNEQ
Union des artistes du Québec - UDA
Project Management Institute - PMI
Presses de l'Université du Québec
Auteurs UQAM : Campagne permanente de promotion des auteures et auteurs UQAM
Fondation de l'UQAM
Écoles d'été en langues de l'UQAM
Canal savoir
L'économie sociale, j'achète
Millénium Micro



Recherche avancée...

Frontières. Les jeunes et la mort (vol. 29, no. 1, 2017)


Éditeur : Université du Québec à Montréal - Frontières
ISBN numérique ePub: 9782924954034
Parution : 2018
Catégorisation : Livres numériques / Autre / Autre / Autre.

Formats disponibles

Format Qté. disp. Prix* Commander
Numérique ePub
Protection filigrane***
Illimité Prix : 12,99 $
x

*Les prix sont en dollars canadien. Taxes et frais de livraison en sus.
***Ce produit est protégé en vertu des droits d'auteurs.




Description

Quels rapports les adolescents entretiennent-ils avec la fin de la vie? Comment se représentent-ils la mort? Quelles sont leurs pratiques funéraires? Quelles sont les questions qu’ils se posent sur la mort? Des auteurs ici rendent compte de ce que vivent des jeunes en lien avec la mort, le suicide, le deuil, l’après-mort. Il n’est pas rare que des jeunes soient tourmentés suite à la mort d’une personne aimée. Chaque fois le deuil est bouleversant pour eux. L’expérience d’un décès a des répercussions profondes. Lorsqu’un ami de leur âge meurt d’un accident ou d’une maladie, nombre de jeunes initient, pour soulager leur souffrance, des rites intimes qu’ils pratiquent entre eux. Dans ce numéro plusieurs auteurs rapportent et discutent de ces nouvelles pratiques funéraires des jeunes. La plupart des jeunes utilisent les médias sociaux et les pages d’Internet pour immortaliser l’histoire d’un ami décédé. Les jeunes d’aujourd’hui rencontrent la mort, réelle ou fictive, dans le cinéma, les téléséries, les jeux vidéo, les informations télévisées, etc. Ils n’ont plus les réserves d’autrefois pour parler de la mort. Même s’ils ne la rencontrent pas dans le réel de leur existence, ils connaissent tous un copain qui, par ses conduites, a risqué sa vie pour en évaluer le sens. Nombre d’entre eux, notamment les jeunes djihadistes, discutent sans voile de la possibilité de mourir, d’aller jusqu’au bout d’une passion létale. Toutefois, d’autres se sentent plus fragiles devant la mort. Des adultes peuvent les accompagner, leur donner, dans le cadre scolaire ou dans d’autres cadres sociaux, des occasions de paroles. Les réponses que l’on peut fournir aux adolescents n’ont de sens que si elles sont placées dans la diversité des contextes sociaux et historiques dans lesquels ils évoluent. Des auteurs ici montrent comment certaines pratiques de soutien peuvent aider les jeunes à exprimer leurs réflexions et leurs sentiments sur la mort, le mourir, le deuil et les douloureuses expériences de fin de vie.