Coop UQAM | Coopsco

Créer mon profil | Mot de passe oublié?

Magasiner par secteur

Matériel obligatoire et recommandé

Voir les groupes
Devenir membre

Nos partenaires

UQAM
ESG UQAM
Réseau ESG UQAM
Bureau des diplômés
Centre sportif
Citadins
Service de la formation universitaire en région
Université à distance
Regroupement des artistes en arts visuels  du Québec.
Société de développement des entreprises culturelles - SODEC
L'institut du tourisme et de l'hotellerie - ITHQ
Association des psychologues du Québec
L'École nationale d'administration publique - ENAP
Union des écrivaines et écrivains québécois - UNEQ
Union des artistes du Québec - UDA
Project Management Institute - PMI
Presses de l'Université du Québec
Auteurs UQAM : Campagne permanente de promotion des auteures et auteurs UQAM
Fondation de l'UQAM
Écoles d'été en langues de l'UQAM
Canal savoir
L'économie sociale, j'achète
Millénium Micro



Recherche avancée...

Moebius. No. 152, Hiver 2017


Éditeur : Moebius
ISBN numérique PDF: 9782924781036
Parution : 2017
Catégorisation : Livres numériques / Autre / Autre / Autre

Formats disponibles

Format Qté. disp. Prix* Commander
Numérique PDF
Protection filigrane***
Illimité Prix : 8,99 $
x

*Les prix sont en dollars canadien. Taxes et frais de livraison en sus.
***Ce produit est protégé en vertu des droits d'auteurs.




Description

« Sel », « cheveux la critique » : en couverture du numéro 152 de Moebius s’affiche un titre des plus énigmatiques, et un graphisme qui l’est tout autant. Le double thème de la critique qui « vit, frise contamine; on la coupe, on l’épouille, mais elle marque » et des pouvoirs de la typographie (« que devient sel lorsqu’inséré entre guillemets? ») est tiré d’un vers de Roger Des Roches. Plus concrètement, quatre sections - fiction, poésie, les yeux fertiles et lettre à un écrivain - forment la structure de ce numéro d’hiver. Elles nous sont présentées dans le désordre, favorisant la surprise et la découverte au travers des textes de 13 auteurs. En conclusion, à Jean-Philippe Baril Guérard la mission d’écrire une lettre à Michel Houellebecq, « le porte-étendard du cynisme, l’über Chevalier des Ténèbres, le quintessentiel trou noir aspirant l’espoir et l’innocence de toute la France, voire du monde, mais je ne suis pas d’accord ». Comme le disait éloquemment l’introduction, « certaines œuvres commencent « contre » ».