Coop UQAM | Coopsco

Créer mon profil | Mot de passe oublié?

Magasiner par secteur

Matériel obligatoire et recommandé

Voir les groupes
Devenir membre

Nos partenaires

UQAM
ESG UQAM
Réseau ESG UQAM
Bureau des diplômés
Centre sportif
Citadins
Service de la formation universitaire en région
Université à distance
Regroupement des artistes en arts visuels  du Québec.
Société de développement des entreprises culturelles - SODEC
L'institut du tourisme et de l'hotellerie - ITHQ
Association des psychologues du Québec
L'École nationale d'administration publique - ENAP
Union des écrivaines et écrivains québécois - UNEQ
Union des artistes du Québec - UDA
Project Management Institute - PMI
Presses de l'Université du Québec
Auteurs UQAM : Campagne permanente de promotion des auteures et auteurs UQAM
Fondation de l'UQAM
Écoles d'été en langues de l'UQAM
Canal savoir
L'économie sociale, j'achète
Millénium Micro



Recherche avancée...

Chimie et cerveau


Éditeur : EDP Sciences
ISBN papier: 9782759817900
ISBN numérique PDF: 9782759818945
Parution : 2016
Catégorisation : Livres numériques / Science / Chimie / Chimie

Formats disponibles

Format Qté. disp. Prix* Commander
Livre papier En rupture de stock** Prix membre : 45,55 $
Prix non-membre : 47,95 $
x
Numérique PDF
Protection filigrane***
Illimité Prix : 29,99 $
x

*Les prix sont en dollars canadien. Taxes et frais de livraison en sus.
**Ce produits est en rupture de stock mais sera expédié dès qu'ils sera disponible.
***Ce produit est protégé en vertu des droits d'auteurs.




Description

Le cerveau humain est l’objet le plus complexe de la création. Il commande nos comportements, nos actions, nos états, mentaux ou physiques. Les dissections faites par les médecins des siècles passés ont permis, à partir d’examens post-mortem, d’établir de timides corrélations entre pathologies et détérioration de tissus cérébraux. Mais comment espérer relier cet organe mou et insaisissable aux fonctions de la vie, de l’humeur, des maladies ? La science des vingt dernières années a tracé la voie des réponses à ces questions. Et la chimie y occupe une place toute particulière. Citons-en trois champs d’applications, explicités dans cet ouvrage : 1) les techniques d’imagerie modernes permettent de voir le cerveau « en situation réelle », montrant l’importance de la dynamique des molécules pour éclairer son fonctionnement au niveau moléculaire ; 2) l’observation des transformations de ses structures internes, qui ouvre la voie de la compréhension des processus du vieillissement ; 3) l’étude des effets de molécules étrangères introduites volontairement éclaire l’action des drogues et permet de définir des médicaments pour lutter contre la dépression, les maladies neurodégénératives comme Parkinson ou Alzheimer… puis plus tard contre d’autres (toutes ?) les maladies. Si l’on considère la jeunesse de ces recherches et la rapidité de leurs progrès, on réalise les perspectives stupéfi antes qui se présentent pour la santé publique des prochaines générations. On voit aussi, de façon magistrale, qu’il faut faire jouer la chimie pour saisir le vivant.

Le cerveau humain est l’objet le plus complexe de la création. Il commande nos comportements, nos actions, nos états, mentaux ou physiques. Les dissections faites par les médecins des siècles passés ont permis, à partir d’examens post-mortem, d’établir de timides corrélations entre pathologies et détérioration de tissus cérébraux. Mais comment espérer relier cet organe mou et insaisissable aux fonctions de la vie, de l’humeur, des maladies ?

La science des vingt dernières années a tracé la voie des réponses à ces questions. Et la chimie y occupe une place toute particulière. Citons-en trois champs d’applications, explicités dans cet ouvrage : 1) les techniques d’imagerie modernes permettent de voir le cerveau « en situation réelle », montrant l’importance de la dynamique des molécules pour éclairer son fonctionnement au niveau moléculaire ; 2) l’observation des transformations de ses structures internes, qui ouvre la voie de la compréhension des processus du vieillissement ; 3) l’étude des effets de molécules étrangères introduites volontairement éclaire l’action des drogues et permet de définir des médicaments pour lutter contre la dépression, les maladies neurodégénératives comme Parkinson ou Alzheimer… puis plus tard contre d’autres (toutes ?) les maladies. Si l’on considère la jeunesse de ces recherches et la rapidité de leurs progrès, on réalise les perspectives stupéfi antes qui se présentent pour la santé publique des prochaines générations. On voit aussi, de façon magistrale, qu’il faut faire jouer la chimie pour saisir le vivant.