Coop UQAM | Coopsco

Créer mon profil | Mot de passe oublié?

Magasiner par secteur

Matériel obligatoire et recommandé

Voir les groupes
Devenir membre

Nos partenaires

UQAM
ESG UQAM
Réseau ESG UQAM
Bureau des diplômés
Centre sportif
Citadins
Service de la formation universitaire en région
Université à distance
Regroupement des artistes en arts visuels  du Québec.
Société de développement des entreprises culturelles - SODEC
L'institut du tourisme et de l'hotellerie - ITHQ
Association des psychologues du Québec
L'École nationale d'administration publique - ENAP
Union des écrivaines et écrivains québécois - UNEQ
Union des artistes du Québec - UDA
Project Management Institute - PMI
Presses de l'Université du Québec
Auteurs UQAM : Campagne permanente de promotion des auteures et auteurs UQAM
Fondation de l'UQAM
Écoles d'été en langues de l'UQAM
Canal savoir
L'économie sociale, j'achète
Millénium Micro



Recherche avancée...

Le délinquant affilié : la sous-culture des gangs de rue haïtiens de Montréal

Pierre Tremblay


Éditeur : LIBER
ISBN papier: 9782895785217
Parution : 2016
Code produit : 1317329
Catégorisation : Livres / Droit et sciences juridiques / Droit et sciences juridiques / Droit pénal

Formats disponibles

Format Qté. disp. Prix* Commander
Livre papier En rupture de stock** Prix membre : 18,90 $
Prix non-membre : 21,00 $
x

*Les prix sont en dollars canadien. Taxes et frais de livraison en sus.
**Ce produits est en rupture de stock mais sera expédié dès qu'ils sera disponible.




Description

Cette enquête « policière » d'un style tout à fait particulier, basée sur une documentation rarement exploitée par les policiers, les criminologues ou les sociologues, documente la genèse et la diffusion d'une sous-culture délinquante, celle des gangs de rue haïtiens de Montréal. Comment fonctionnent ces gangs ? comment se constituent-ils ? à quel rythme ? et selon quelles règles ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles elle répond. Les auteurs montrent ainsi que cette sous-culture a offert et offre toujours à sa « base sociale », celle des décrocheurs scolaires, des chances réelles d'acquérir un prestige social qu'elle n'obtiendrait pas autrement. Ce mouvement collectif de délinquance, qui a suscité une mobilisation pénale proportionnelle à la provocation qu'il constitue, en est aujourd'hui à la croisée des chemins. À mesure que la communauté haïtienne s'intègre à la société québécoise et que le décrochage scolaire diminue, il se trouve devant 'alternative de se résorber jusqu'à devenir marginal ou de s'intégrer à la criminalité organisée établie.