Coop UQAM | Coopsco

Créer mon profil | Mot de passe oublié?

Magasiner par secteur

Matériel obligatoire et recommandé

Voir les groupes
Devenir membre

Nos partenaires

UQAM
ESG UQAM
Réseau ESG UQAM
Bureau des diplômés
Centre sportif
Citadins
Service de la formation universitaire en région
Université à distance
Regroupement des artistes en arts visuels  du Québec.
Société de développement des entreprises culturelles - SODEC
L'institut du tourisme et de l'hotellerie - ITHQ
Association des psychologues du Québec
L'École nationale d'administration publique - ENAP
Union des écrivaines et écrivains québécois - UNEQ
Union des artistes du Québec - UDA
Project Management Institute - PMI
Presses de l'Université du Québec
Auteurs UQAM : Campagne permanente de promotion des auteures et auteurs UQAM
Fondation de l'UQAM
Écoles d'été en langues de l'UQAM
Canal savoir
L'économie sociale, j'achète
Millénium Micro



Recherche avancée...

Le jeu et l'histoire


Éditeur : Del Busso Éditeur
ISBN papier: 9782925079040
ISBN numérique ePub: 9782925079057
Parution : 2021
Catégorisation : Livres numériques / Sciences humaines / Histoire / Ouvrages généraux

Formats disponibles

Format Qté. disp. Prix* Commander
Livre papier 1 Prix membre : 25,16 $
Prix non-membre : 27,95 $
x
Numérique ePub
Protection acs4***
Illimité Prix : 12,99 $
x

*Les prix sont en dollars canadien. Taxes et frais de livraison en sus.
***Ce produit est protégé en vertu des droits d'auteurs.




Description

Dans la diffusion des discours sur le passé, les jeux vidéos surclassent désormais le roman, le cinéma, ou la bande dessinée. Ne serait-ce que par le temps qu’on leur consacre, ils surpassent même l’influence de l’école, comme le confirment des études tout autant en France, qu’aux États-Unis ou au Québec. Le jeu Assassin’s Creed, développé par la société Ubisoft, est celui qui retient le plus l’attention des enseignants par la qualité des reconstitutions historiques et la vraisemblance des décors. En revanche, pour certains observateurs, cette rigueur rendrait d’autant plus insidieuse la menace qui pèse sur les élèves. Faut-il chercher à soustraire les élèves à l’influence des jeux vidéos?? Ou faut-il au contraire s’en laver les mains et laisser le champ libre à ceux qui exploitent la mémoire pour en tirer un profit?? Ni l’une ni l’autre de ces réponses n’est la bonne pour Marc-André Éthier et David Lefrançois, qui ont nourri leur réflexion avec des historiens professionnels, dont certains directement engagés dans l’élaboration du jeu.