Coop UQAM | Coopsco

Créer mon profil | Mot de passe oublié?

Magasiner par secteur

Matériel obligatoire et recommandé

Voir les groupes
Devenir membre

Nos partenaires

UQAM
ESG UQAM
Réseau ESG UQAM
Bureau des diplômés
Centre sportif
Citadins
Service de la formation universitaire en région
Université à distance
Regroupement des artistes en arts visuels  du Québec.
Société de développement des entreprises culturelles - SODEC
L'institut du tourisme et de l'hotellerie - ITHQ
Association des psychologues du Québec
L'École nationale d'administration publique - ENAP
Union des écrivaines et écrivains québécois - UNEQ
Union des artistes du Québec - UDA
Project Management Institute - PMI
Presses de l'Université du Québec
Auteurs UQAM : Campagne permanente de promotion des auteures et auteurs UQAM
Fondation de l'UQAM
Écoles d'été en langues de l'UQAM
Canal savoir
L'économie sociale, j'achète
Millénium Micro



Recherche avancée...

Quelle croissance pour un monde fini ?


Éditeur : EDP Sciences
ISBN papier: 9782759819812
ISBN numérique PDF: 9782759821457
Parution : 2017
Catégorisation : Livres numériques / Science / Sciences de la terre / Sciences de l'environnement

Formats disponibles

Format Qté. disp. Prix* Commander
Livre papier 1 Prix membre : 30,56 $
Prix non-membre : 33,95 $
x
Numérique PDF
Protection filigrane***
Illimité Prix : 21,99 $
x

*Les prix sont en dollars canadien. Taxes et frais de livraison en sus.
***Ce produit est protégé en vertu des droits d'auteurs.




Description

La faible croissance économique est aujourd’hui une préoccupation majeure dans les pays développés. Certains ont même exprimé la crainte que ce ralentissement ne soit le prélude à un effondrement. Cette possibilité avait déjà été envisagée par le Club de Rome. Selon son célèbre rapport, « Limits to Growth », l’épuisement inéluctable des ressources naturelles, principalement en énergie, pourrait y conduire. Mais depuis quelques années l’attention se porte sur un danger d’une toute autre nature. La COP 21 met l’accent sur un réchauffement prévisible du climat dû à un excès de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Cet excès est une forme de pollution. Il y en a d’autres – pollution aux microparticules, pollution de l’eau. En vérité nous ne manquons pas de ressources mais plutôt d’espace vide où mettre nos déchets. Ces pollutions sont les marques d’un déséquilibre global de la biosphère. L’apport d’énergie extérieure par rayonnement solaire n’est plus suffisant pour recycler le CO2 émis et contenir les autres formes de pollution. En termes thermodynamiques, ce déséquilibre se mesure par une augmentation de l’entropie. Ce mot ne figure ni dans les travaux du GIEC ni dans les accords de la COP 21. Pourtant c’est bien de cela dont il s’agit. Ce livre montre que pour être viable, tout modèle de croissance doit incorporer aussi bien le volet entropie que le volet énergie.