Coop UQAM | Coopsco

Créer mon profil | Mot de passe oublié?

Magasiner par secteur

Matériel obligatoire et recommandé

Devenir membre

Nos partenaires

UQAM
ESG UQAM
Réseau ESG UQAM
Bureau des diplômés
Centre sportif
Citadins
Le Service de formation continue de l'UQAM
Université à distance
Regroupement des artistes en arts visuels  du Québec.
Société de développement des entreprises culturelles - SODEC
L'institut du tourisme et de l'hotellerie - ITHQ
Association des psychologues du Québec
L'École nationale d'administration publique - ENAP
Union des écrivaines et écrivains québécois - UNEQ
Union des artistes du Québec - UDA
Project Management Institute - PMI
Presses de l'Université du Québec
Auteurs UQAM : Campagne permanente de promotion des auteures et auteurs UQAM
Fondation de l'UQAM
Écoles d'été en langues de l'UQAM
Canal savoir
L'économie sociale, j'achète
Millénium Micro



Recherche avancée...

L'humanité, ça sent fort : chroniques, 2011-2017

Émilie Dubreuil, préface de Rafaële Germain


Éditeur : SOMME TOUTE
ISBN papier: 9782924606704
ISBN numérique ePub: 9782924606803
ISBN numérique PDF: 9782924606797
Parution : 2017
Code produit : 1352493
Catégorisation : Livres / Sciences humaines / Communication et sciences de l'information / Médias et journalisme

Formats disponibles

Format Qté. disp. Prix* Commander
Livre papier 1 Prix membre : 20,66 $
Prix non-membre : 22,95 $
x
Numérique ePub
Protection filigrane***
Illimité Prix : 16,99 $
x
Numérique PDF
Protection filigrane***
Illimité Prix : 16,99 $
x

*Les prix sont en dollars canadien. Taxes et frais de livraison en sus.
***Ce produit est protégé en vertu des droits d'auteurs.




Description

Dans son quotidien tragi-comique, Émilie Dubreuil a dressé son chien pour qu’il lui signale des choses ridicules. C’est aussi ce qu’elle fait dans ses chroniques depuis plus de quinze ans. Avec son flair de journaliste, son indignation redoutable et sa douce ironie, elle se questionne sur les causes de la fatigue culturelle du Québec et de l’endoctrinement religieux, sur la disparition des sacres québécois comme du sexe dans la cité. Elle révèle l’absurde chez ses contemporains, mais leur rappelle aussi comment recevoir l’absurdité sans dégénérer. Tout l’intéresse du genre humain, une bibitte qu’elle observe sous divers prismes avec un mélange inimitable de candeur et de férocité. « L’humanité, ça sent fort. C’est plein de sel et de calories émotives. Ça épuise, ça désespère, ça envahit », écrit-elle avec ce franc-parler qui la caractérise. Qu’il soit question de langue, de religion, de politique ou de culture, Émilie Dubreuil observe le Québec tantôt avec tendresse, tantôt avec désespoir, émue et peinée devant son esprit de village, son manque d’amour-propre, malgré la grandeur de ses paysages, l’amour des gens. Entre son rire contagieux et sa lucidité philosophe s’immisce, au fil des textes, le murmure d’une âme sensible qui forme une véritable voix littéraire.